16 octobre 2019

Ensemble c'est mieux - #DoItTogether



Quand on parle d'éducation de nos enfants, qu'est-ce qui te vient en premier à l'esprit ? Est-ce que c'est suivre un mouvement, peut-être même une mode ? Est-ce que c'est le formatage, le moulage de l'esprit et du caractère de nos enfants dans un carcan de règles et de traditions qu'il faut suivre sans se poser de question ? Ou ne seraient-ce pas plutôt les moyens que tu mets en oeuvre pour former, enseigner et accompagner un être humain à part entière, dont tu as la responsabilité ? Oui, on va parler d'éducation au sein du foyer, de partage des tâches et de "genrage" aujourd'hui.

Si tu me suis sur Instagram, tu sais déjà que, lorsque la marque Indesit m'a contacté pour parler de ça avec ma communauté, je ne mesurais pas la profondeur de cette démarche car je n'avais pas forcément d'idée du contexte dans d'autres foyers que le mien ou celui dans lequel j'ai évolué étant petit. Mais quelques mois plus tard, compte tenu des nombreux retours que vous m'avez faits et du partage parfois très précis de vos expériences et souvenirs, il me semble manifeste que, dans ce domaine, il y a eu du progrès depuis la génération de nos parents et qu'il reste encore quelques efforts à faire. Je crois que nous sommes tous concernés. Que nous soyons Père ou Mère, Tante ou Grand-Mère, bonne copine ou ami intime, tout le monde peut avoir un rôle à jouer dans le partage des tâches et l'apprentissage des règles de vie au sein d'un foyer.




Alors, pour rappel, Indesit a révélé au début de l'été les résultats d'une étude concernant la répartition des tâches ménagères à la maison, pour ouvrir le débat et lutter contre les inégalités de genre dans les foyers. J'ai participé avec joie à cette campagne qu'ils ont appelé #DoItTogether ou, pour les francophones, "Ensemble C'est Mieux". Au travers de 5 posts sur Instagram, je vous ai fait participer autour des différentes facettes reliées à cette thématique. Et quand je regarde l'engouement qu'il y a eu sous ces posts, je me dis que c'est vraiment une sujet d'actualité !




  • L'éducation que l'on a reçue


Avec la première photo (ici), je vous parlais de l'éducation que j'ai reçue moi-même, lorsque j'étais plus "jeune". C'est que j'ai dépassé la trentaine depuis quelques années, alors j'ai plus vraiment le droit de me ranger dans cette catégorie ^^. Je pense que c'est une chance : en ce qui me concerne je n'ai pas reçu une éducation genrée. J'entends par là que mes parents ne nous disaient pas "ça c’est à tes soeurs de le faire, et ça il n’y a que toi qui peux le faire parce que tu es un garçon". J’ai deux soeurs (une plus âgée et une plus jeune que moi), et au contraire, ils ne nous différenciaient pas lorsqu’il s’agissait d'aider à la maison. Et dans les commentaires que vous m'avez laissés sur Instagram, il y avait beaucoup de disparités quant à l'éducation que les filles avaient reçus. D'un coté, certains parents ne faisaient juste pas de distinction entre des tâches que d'autres auraient appelées "de fille" ou "de garçon" et de l'autre, y avait il n'y a pas si longtemps encore, des choses que les garçons ne faisaient pas alors que les filles avaient l'obligation de les accomplir. En revanche, si j'en crois ce que vous m'avez raconté, ces dernières ont décidé justement qu'elles ne feraient pas les mêmes choix avec leur propres enfants ni au sein de leur couple. D'autres encore ont exprimé certaines difficultés à casser ces codes qui sont, il faut bien être honnête, encore très ancrés dans la société actuelle et sans l'ombre d'un doute à l'avantage des hommes.

Bref, tout ça pour dire que même si les mentalités ont bel et bien commencé à évoluer, il reste encore du travail de ce coté-là pour gommer ces différences à l'avenir, et que c'est le nôtre.




  • L'éducation que l'on donne


En parlant de cette nouvelle génération dont nous avons la responsabilité, les deux photos suivantes (ici et ) ont généré là encore beaucoup de réactions, mais cette fois, toutes dans le même sens. Personne parmi mes abonnés n'a l'intention de mettre en place des règles plus ou moins arbitraires sur la répartition des tâches qui sont attribuées aux enfants. Et ça fait plaisir de voir que les papas aussi sont impliqués activement dans ce processus. L'idée générale est que les enfants participent à la vie de la maison, en fonction de leur âge et de leurs capacités bien entendu, mais sans distinction de sexe.

D'ailleurs nos garçons participent aussi bien à la maintenance du jardin (même s'ils sont encore un peu petits pour passer la tondeuse, on est d'accord !) qu'à la cuisine (notamment quand on a préparé les 200 cookies pour la fête du Petit Coeur). Ils aident à mettre la table, à changer la couche ou à déshabiller leur petit frère avant le bain, ils lui donnent le biberon et s'en occupent... et la liste n'est pas exhaustive.




Et du coté des jouets et des vêtements, là encore, très peu de genrage de la part des parents, même s'il y a des préférences de la part des enfants. On ne va pas blamer un petit garçon d'aimer les camions de pompier. Pour autant on ne va pas l'empêcher de jouer à la dinette ou avec une poupée !

Puis le sujet a un peu glissé (avec ce post) vers une question qui, à mon avis, est essentielle dans l'éducation de ses enfants : l'exemple. Après tout, comment vas-tu expliquer à ton enfant qu'il faut traverser sur les passages piétons si tu ne le fais pas toi-même ? Il en va de même avec le partage des tâches domestiques à la maison. Comment vas-tu expliquer à ton enfant qu'il est important de s'entraider  à la maison quand toi-même tu ne fais rien ? Et si tu répètes à ton conjoint que c'est pas une tâche "pour les filles" ou que c'est à lui de faire telle chose parce que c'est un mec et que c'est sa responsabilité, comment tu pourras expliquer à ton enfant qu'il n'y a pas d'étiquette sur les tâches ménagères qui obligent les filles à faire tel chose pendant que les garçons doivent se tourner les pouces ? De la même manière, je n'hésite pas en tant que papa à porter du rose ou à mettre le tablier de cuisine, parce que je sais bien qu'à l'école par exemple, ils pourraient vite se laisser convaincre du contraire.




  • Quels sont les étapes suivantes ?


Oui, pour l'instant on en est resté au constat. Dans la seconde partie de l'étude menée par Indesit, il y avait la question de savoir pour quelles raisons certains parents ne souhaitent pas inclure leurs enfants dans la répartition des tâches ménagères. La réponse est plutôt claire puisque plus de 64% des sondés pensent qu'ils sont trop jeunes. Mais est-ce que la question ne serait pas plutôt de leur donner des responsabilités adaptés à leur âge ? On ne peut pas demander à un enfant de 2 ans de passer l'aspirateur dans toute la maison, mais il est tout à fait capable de ranger ses doudous dans sa chambre. Pour se simplifier les choses, je pense qu'il suffit de leur apprendre quelles sont les raisons qui se cachent derrière le besoin de certaines corvées. Si ton enfant à tendance à se lever la nuit, explique lui que s'il ne range pas ses legos, il risque de se faire mal aux pieds en marchant dessus. On ne veut pas en faire des militaires qui doivent obéir sans comprendre, n'est-ce pas ? C'est une façon de les responsabiliser aussi.




Et puis, quand il s'agit de faire participer les enfants, il me semble essentiel de rendre les choses intéressantes pour eux et je dois bien reconnaitre que ce n'est pas toujours très facile. Il faut de l'imagination pour convaincre un enfant d'aider à ranger la table ou faire son lit en rendant ces moments ludiques et qu'ils n'y aillent pas à reculons. Pour que notre grand nous aide à mettre la table, on le fait nommer les personnes qu'il y aura autour de la table. Comme ça il se rend compte qu'il ne fait pas que mettre des assiettes sur la table, elles sont pour que quelqu'un puisse manger. Et surtout, après ça, on n'oublie pas de le remercier pour le coup de main. On n'imagine pas le pouvoir de ce petit mot pour qu'il recommence la prochaine fois !

Et parfois, avoir de l'imagination ne suffit pas, il nous faut l'aide des fabricants. Je dis ça parce qu'Indesit propose dans sa gamme des produits avec des fonctions simplifiés, pour les rendre plus accessible aux enfants. Je pense notamment à la fonction Push & Wash  de leur lave-linge qui allume, choisis le programme et lance le lavage.

Pour illustrer une autre astuce pour limiter le genrage excessif, il faut que je te raconte quelque chose, d'ailleurs. On était allé faire un tour au Primark de Folkestone pour acheter quelques vêtements pour nos garçons et pour les petits de nos amis qui vont bientôt nous rendre visite. Le Petit Prince avait besoin de chaussettes, le Petit Coeur de chaussons et le Petit Renard de vêtements chauds à sa taille. Tu sais comme moi que c'est difficile de trouver des vêtements neutres, et ce coup là n'a pas fait exception. Impossible de trouver des vêtements qui ne soient ni super-héros ni Fortnite dans le rayon garçons ni licornes à paillettes et autres froufrous dans le rayon des filles (oui, on fait les 2 rayons puisque celui des filles est littéralement 2 fois plus grand que celui des garçons).




Et Melissa tombe sur une veste en "pilou" comme elle dit, à la bonne taille pour bébé et visiblement bien chaude dans le rayon fille. Premier blocage, j'ai l'impression qu'elle est rose. Je me dis que c'est abusé de sur-genrer ce genre de petits vêtements pour les filles alors qu'il n'y a pas d'équivalent chez les garçons. Et je n'étais pas convaincu, je n'avais pas envie que Melissa le prenne. Ca faisait "trop fille" à mon goût. Mais elle a insisté et m'a dit que non, ce n'était pas rose mais beige et qu'il allait être trop mignon là-dedans (tiens c'est dommage que je l'ai pas fait en podcast cet article, j'aurais pu y insérer un extrait de la voix liquide de Melissa quand elle découvre le petit pépère avec de nouveaux vêtements ^^). Je me suis laissé convaincre, je lui ai fait confiance là-dessus. Ce n'est qu'une fois arrivé à la maison que je me suis rendu compte que c'était vraiment un vêtement neutre, que c'était beige et pas rose comme je pensais le voir, et que ca lui allait très bien à mon petit bonhomme ! Comme quoi, même moi qui fais pourtant attention à ne pas me laisser influencer par des stéréotypes, j'arrive encore à me faire berner par les stratégies de mise en rayon des grandes enseignes... Ils pourraient être un peu indulgent avec nous quand même !




Alors arrêtons de nous laisser influencer par notre entourage ! Ca me rend fou quand quelqu'un dit de ne pas mettre du rouge à ses enfants parce que "ça va les rendre agressifs" ou de ne pas leur mettre du noir sinon "ils vont devenir dépressifs", ou quand certaines de mes abonnés me racontent les réactions de leur entourage quand elles choisissent un vêtement rose pour leur mari ou leur petit garçon... Si le rose va bien à ton mari, laisse lui en porter, ça ne fera pas baisser pas son niveau de testostérone. Si ta fille aime sa salopette bleue et que ton fils veut porter un t-shirt avec un licorne (notre Petit Coeur ADOOORE les licornes), qu'est-ce qui peut bien les en empêcher ? Est-ce que ce ne serait pas plutôt toutes ces règles inutiles et infondées qui risquent d'avoir des conséquences sur nos enfants ? Il y aurait tout un sujet à disserter là-dessus aussi...




En bref !


Pour que les tâches ménagères soient bien réparties dans la maison, je crois qu'il faut commencer par ne pas "genrer" les rôles. Le modèle papa au boulot et maman a la maison n'est plus d'actualité et selon mon expérience chacun devrait mettre la main à la pâte. Et une fois cette étape franchie, l'éducation des enfants est déjà presque entièrement faite dans ce domaine. Saupoudrez tout ça d'entrain, ajoutez une pincée de ludique et laissez reposer dans un cocon de non-jugement... et savourez, parce que dans le fond...


... ensemble c'est mieux !

Golden Daddy

1 commentaire:

  1. Petit message pour te dire que ton article est top, vraiment bien rédigé et avec un contenu auquel j'adhère entièrement !
    Pour avoir fait Primark avant de savoir le sexe de bébé j'avoue que j'ai eu du mal à trouver quelque chose de non genrer.

    RépondreSupprimer

L'espace des commentaires est là pour te permettre d'exprimer ton opinion sur le sujet en cours, de proposer des alternatives à mes écrits (je n'ai pas la science infuse) ou juste de faire part de ton humeur. Par contre, si tu viens ici juste pour déverser de la colère, tartiner ta "pseudo-culture" ou si tu n'es pas d'humeur à débattre intelligemment, passe ton chemin ! On est là entre potes.