26 septembre 2018

5 choses que j'envie à mes enfants



Si j'en crois le nombre un peu dingue de familles qui s'agrandissent autour de moi, sans compter le nombre de mes lectrices qui sont enceintes ou qui viennent d'accoucher, je me dis que mon article "il faut être fou pour faire des enfants" n'a pas vraiment eu l'effet escompté. Je vous avais pourtant avertis que les enfants ont des comportements de mecs bourrés. Mais non, vous continuez à perpétuer l'espèce humaine, apparemment. Alors okay, j'avoue tout, j'aime être un Papa (oui, je mets un P majuscule). Comment ça tu es déjà au courant ? Ça se voit tant que ça ? Il y a tout de même une chose que tu ne sais pas encore : c'est que j'envie des trucs à mes enfants. Je rêverais de vivre certains moments de leur vie avec leur inconscience innocence. En voilà 5.




  • 1 - Leur agenda 

J'aurais peut-être dû mettre "leur PAS agenda" puisqu'ils n'ont même pas conscience que samedi vient après le vendredi - ils s'en foutent éperdument, ils se laissent porter ! Bref, c'est nous, les parents, qui gérons leur emploi du temps. Ils ne sont pas stressés pendant des heures avant tel ou tel évènement (contrairement à moi par exemple). J'aimerais tant pouvoir vivre au jour le jour, comme eux.
Bon, et puis je suis un ardent défenseur des routines et autres rythmes à instaurer avec les enfants. Si pour eux c'est très rassurant de suivre un rituel (après le dîner, dans l'ordre c'est : brossage des dents, pipi, histoire, bisous etc.) à des heures fixes (à plus ou moins une demi-heure, on est pas rigides non plus), s'il y a dépassement d'horaire ou un imprévu, c'est notre propre liste de tâches, à nous, papa et maman, qui en pâtit. Eux se rendent rarement compte qu'un truc a cafouillé ou qu'il est 21h et pas 20h30 au moment où ils s'endorment... Ils se fichent tout autant de rater l'école parce que Papa doit les emmener chez le docteur alors qu'il avait prévu de shampouiner la moquette en leur absence. Mais bon, je le ferai demain.



  • 2 - On est toujours aux petits soins pour eux

Concrètement, on s'occupe de leur linge (ok, Melissa trie le linge et fait les lessives, moi je le plie et le range), on fait le ménage à leur place (le partage des tâches, ils connaissent déjà : ils les font, Papa les nettoie), Maman leur prépare de bons petits plats, leurs cartables, leurs goûters, on leur met de la musique quand ils prennent leur bain, on les emmène dans tout un tas de chouettes endroits sans qu'ils aient à se soucier de s'il faut ou pas emmener la poussette, une trousse de secours, des vêtements de rechange... bref, ils n'ont qu'à se laisser porter.
Et puis, quand nos petits choux sont malades, on les cajole et on les couve, on les installe devant un dessin animé dans le canapé avec du lait au miel et des cookies, alors que nous bien souvent on doit quand même se taper le ménage et le boulot même quand on a un gros rhume ou une grippe carabinée. Je peux pas dire que j'aimerais pas être à leur place.




  • 3 - Leur simplicité


La vie de nos gosses est quand même vachement plus simple que la nôtre. Ils pourraient dormir (quasiment) dans n'importe quel lit quand toi, tu galères à trouver un matelas qui ne te fasse pas mal au dos. Ils peuvent rester fascinés à regarder 17 fois le même dessin animé d'affilée quand toi tu galères comme jamais à choisir une nouvelle série sur Netflix. Ils peuvent passer une demi-journée à s'inventer des histoires avec une poignée de cubes en plastique quand toi tu vois ta femme bosser pendant un an pour écrire un roman. Ils peuvent se faire des copains juste en croisant un groupe d'enfants dans la rue, même s'ils ne se sont jamais vus avant. La vie des petits est globalement moins polluée par les doutes, les soucis, les conventions sociales, et j'en passe. Ils ne se prennent pas autant la tête que nous et je me demande si dans le fond, ce n'est pas l'une des clés qui fait d'eux des personnes aussi facilement contentes et heureuses...




  • 4 - Leur manque de pudeur

Je le disais dans mon article sur le manque d'inhibition des enfants, ils n'ont aucune pudeur, et ça peut parfois être un peu déconcertant voire délicat à gérer pour les parents (là je me revois cet été sur la plage à ne pas trop savoir comment faire comprendre à Petit Coeur que si, c'est quand même important de garder un slip de bain sur le derrière quand lui veut juste courir cul-nul...). Mais au fond, si ça nous dérange, c'est peut-être parce qu'on les envie, non ? Soyons honnêtes : est-ce qu'on ne rêverait pas un peu de pouvoir se promener nu quand il fait trop chaud ou qu'on a pour unique activité que de se baigner ? Et puis que dire de la pudeur sociale qu'on s'impose ? Je me sens particulièrement concerné par celle-ci (oui parce que dans l'ensemble honnêtement je le vis plutôt bien de garder mon maillot de bain à la plage...), parce que j'ai toujours été ce type qui se retient, pour ne pas blesser, pour ne pas contrarier, pour ne pas choquer, pour ne pas me faire remarquer. Alors qu'en fin de compte, bien souvent c'est moi qui ressors gêné par une situation dans laquelle je n'aurais pas pu m'exprimer alors qu'au fond de moi j'avais besoin de le faire. Mes gosses ? Ils sont sans filtre. Ils aiment pas ? Ils le disent, qu'ils soient à table à la maison, à la cantine ou chez des amis. Idem s'ils trouvent quelque chose moche, nul ou pas intéressant. Idem s'ils sont mécontents ou fatigués. Ils le disent, ils ne "prennent pas sur eux", ils se libèrent quasi-instantanément de leurs émotions et de leurs besoins. Et ça, je dois dire que je leur envie énormément.




  • 5 - Pas de responsabilités


Globalement, l'insouciance des enfants me fait envie. Ils ne pensent finalement qu'à jouer, manger et se faire câliner, leur vie tourne principalement autour de tout ça - et c'est formidable pour eux, c'est ce qu'on s'efforce de leur permettre de faire chaque jour. Et sûrement que moi aussi quand j'étais petit, je ne pensais qu'à ce genre de choses aussi futiles qu'agréables, d'ailleurs. Les courses, le contrôle technique de la voiture ou les impôts, ils s'en fichent éperdument, eux (voir même ci-dessus ce que ça lui inspire le prélèvement à la source, au Petit Prince...). Alors même si j'aime ma vie de Papa qui prend soin de sa famille, même si j'aime mon statut d'homme "responsable", j'aimerais bien, parfois, ne pas me soucier des conséquences, du qu'en-dira-t-on, des effets de certaines décisions ou de l'exemple que je vais laisser à mes enfants en faisant ceci ou cela. Je me dis que dans le fond, nos enfants sont probablement un peu plus libres que nous de par le fait qu'on ne leur demande pas d'assumer tout un tas de choses à longueur de temps.


Et toi, qu'envies-tu aux enfants ?


Golden Daddy

14 commentaires:

  1. Je dirai pour ma part leur simplicité et leur innocence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est la réponse qui est apparu le plus souvent sous mon post Instagram. C'est dingue comme on se prend la tête quand on devient adulte...

      Supprimer
  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi! Je leur envie aussi de vivre dans l’instant présent et de ne pas avoir encore trop de capacité à anticiper et à cogiter...je suis une grande anxieuse et j’envisage tout le temps le pire à m’en rendre malade �� mais j’y travaille ☺️ Et de se faire cajoler et câliner devant la Tv quand on est malade le rêve!! ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ! Je te comprend à 100%, je suis un grand anxieux aussi.
      Je rêve de me faire cajoler devant la télé (même sans être malade), mais j'ai plus le temps. Et avec bébé 3 qui arrive, je pense que je peux oublier. De toute façon, comme je le disais à Melissa récemment, j'ai pas le temps de tomber malade ^^

      Supprimer
  3. Je me dis souvent ça aussi quand je vois des enfants, des ados ou même des jeunes adultes :) Je côtoie pas mal d'étudiants et franchement, c'était la période préférée de ma petite vie. J'adore ce que je fais et j'ai la chance d'avoir un chéri en or et un petit bébé dans le bidon, un peu plus d'insouciance, ce serait top !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool, j'espère que ta grossesse se passe bien.

      Supprimer
  4. Super article ! Il m'a fait beaucoup rire 😂 même si je n'ai pas encore d'enfants, j'en côtoie tout le temps avec ma grande famille et j'avourai que c'était la bonne époque celle de l'insouciance 😊 Bon courage à toi et à Mélissa pour ce troisième bébé qui ne va pas tarder à arriver et surtout plein de bonheur 😊

    RépondreSupprimer
  5. Article très sympa. Et même si je ne suis pas maman, j'ai beaucoup travailler en tant qu'animatrice alors je connais un peu. 😉
    C'est sûr que toutes ces aspects font envie mais je me rassure en me disant qu'on a connu les mêmes avantages (et que c'était nos parents qui avaient le "mauvais rôle" ou disons surtout le plus contraignant) et qu'eux aussi (tes petits garçons et tous les autres enfants) une fois adultes, regarderont nostalgiquement ces petites têtes blondes en enviant leur simplicité et leur vie sans soucis d'adulte. Comme quoi la roue tourne. 😊
    Bon courage à vous pour l'arrivée du Royal Baby et tiens bon (je sais de source sûre que tu gères pas mal de choses dans la famille en ce moment). ☺️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message, c'est encourageant. Encore quelques jours/semaines et on passera a un nouveau chapitre.

      A tout bientôt

      Supprimer
  6. Bah moi il y a un truc que je leur envie GRAVE, c'est qu'ils croient encore qu'ils disparaissent quand ils mettent leurs mains sur leurs yeux / se cachent derrière une porte mais gloussent / se cachent sous leur couette - liste non exhaustive.

    Je sais c'est cruel qu'on les laisse y croire encore alors que le Petit Prince aura bientôt 6 ans, mais bon sang je donnerai tellement cher pour être persuadée que j'ai un pouvoir d'invisibilité ! C'est un des meilleurs super-pouvoirs au monde ça, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais trop ! C'est vrai que c'est cruel, mais c'est tellement drôle.

      Je leur envie aussi leur jouets parfois, mais faut pas le dire trop fort...

      Supprimer
  7. Tout ce que tu as dit c'est tellement vrai, j'envie leur routine manger dormir et avoir des câlins c'est pour ça que c'est ma devise de tous les jours 😂 bon j'avoue que c'est plus facile à dire qu'à faire, la sieste en début d'après-midi au bureau ça le fait moyen lol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est compliqué pour la sieste au bureau, ça devrait pourtant être obligatoire !

      Allez, la bise !

      Supprimer
  8. Je pense la même chose ! Que cette insouciance et cette "facilité" de vie me manque !

    Même si j'ai été vite une enfant stressée, malheureusement, je repense quand même à mon enfance avec une certaine nostalgie. La vie était quand même bien plus facile. Et plus reposante pour mon petit cerveau qui n'avait pas besoin de carburer à 100 à l'heure tous les jours en faisant des check-list à tout va ^^.

    Aujourd'hui c'est un regard de maman qui se pose tout attendri sur mon fils qui grandit de jour en jour en toute insouciance. Et je vais essayer au maximum qu'il la garde le plus longtemps possible =).

    RépondreSupprimer

L'espace des commentaires est là pour te permettre d'exprimer ton opinion sur le sujet en cours, de proposer des alternatives à mes écrits (je n'ai pas la science infuse) ou juste de faire part de ton humeur. Par contre, si tu viens ici juste pour déverser de la colère, tartiner ta "pseudo-culture" ou si tu n'es pas d'humeur à débattre intelligemment, passe ton chemin ! On est là entre potes.