17 janvier 2018

Des vacances en amoureux pour la première fois depuis bébé



C'est la rentrée sur le blog aujourd'hui ! Après avoir dit au revoir à une année 2017 plutôt mouvementée et avoir salué une année 2018 qui commence sur les chapeaux de roues, me revoilà pour te raconter un peu plus de nos vacances à Cuba. Parce que oui, pour la première fois depuis presque sept années, nous sommes partis "just the two of us" ma femme et moi, en vacances à la plage, au soleil, au repos. Comment s'est passé cette première expérience de vacances sans nos enfants ? Avons-nous bien supporté cette "longue" séparation alors que nous ne les avions jamais laissés plus de deux nuits ? Comment profiter d'un voyage en couple quand on est à l'autre bout du monde de ses mômes ? Je te raconte tout ça aujourd'hui.


Nous étions déjà partis en vacances tous les quatre à plusieurs reprises, et ça avait vraiment été de bons moments. Alors que Petit Coeur n'avait que quelques mois, nous étions partis en Crête (sur le blog de Melissa ici) et un peu plus tard aux Canaries (autre vidéo dispo ) ou encore ici, en Angleterre. Nous avons bien entendu partagé de nombreux weekends tous ensemble, à Disneyland ou à la neige par exemple. Malgré ça, comme je le répète souvent, même si la vie de parents est géniale et qu'on ne s'ennuie pas, il est indispensable de penser à son couple et de se garder des moments juste à deux ; ce qu'on n'a jamais oublié puisque depuis la naissance de notre grand, nous avons pour habitude de nous faire au moins une sortie en amoureux (même juste un déjeuner ensemble) tous les mois. Sauf que 2017 ayant été une année aussi chargée en changement qu'éreintante, on a eu envie d'un peu, voire beaucoup plus.




Pour la première fois depuis la naissance de notre Petit Prince en décembre 2012, nous avons pris notre courage à deux mains et décidé de laisser nos deux petits gars le temps d'une semaine entière. Pour décrocher pour de vrai, pour se reposer à fond. Pour nous ressourcer, recharger nos batteries de parents, et revenir en pleine forme alors que, on va pas se mentir, on était complètement sur les rotules depuis notre emménagement en Angleterre (enfin, sûrement bien avant aussi il me semble). Oh ça faisait bien quelques années qu'on en rêvait, en fait, de vacances juste à deux, sans rien ni personne à surveiller, sans deux énormes valises pleines de jouets et de médicaments "au cas où", sans s'inquiéter des heures des repas et des couchers, sans se demander si le petit allait supporter le voyage et si le grand n'allait pas nous taper une crise respiratoire pile à cette période-là. Soyons honnêtes, partir en vacances une semaine avec des enfants, c'est leur assurer de s'éclater comme des petits fous (parce que, eux, ils se soucient de rien d'autre que de jouer et sauter dans l'eau à n'en plus pouvoir), mais c'est aussi synonyme d'organisation titanesque, de réflexions poussées pour choisir le bon endroit (pas trop loin, donc) et de stratagèmes pour occuper les enfants aussi bien pendant les trajets que tout au long du séjour. En bref ? Bah, c'est super cool, mais c'est crevant, les vacances de parents.





Alors, forcément, des vacances à deux, juste en couple, avec rien d'autre en tête que faire bronzette et siroter des cocktails comme de jeunes tourtereaux, ça nous tentait pas mal. Sauf qu'on manquait un peu de courage parce qu'on savait bien qu'ils nous manqueraient trop, et qu'on était pas certains d'avoir les bonnes personnes sur qui compter pour assurer notre job de parents à notre place. Jusqu'à ce que nos amis Greg et Marjo, constatant qu'on était quand même drôlement KO, nous proposent de nous les garder pendant leurs vacances d'hiver - on a de sacrés amis, figure-toi, du genre en or, du genre beaucoup trop sympas. Greg et Marjo, y'a pas à dire, on savait très bien qu'ils assureraient comme maman et papa de substitution le temps que ma petite femme et moi on se fasse une escapade au soleil.

N'ayant pour objectif que de faire le plein de soleil, de plage et de farniente - le luxe ultime quand on est parent - nous avons attendu les offres de dernières minutes pour se décider sur la destination. Et après beaucoup de recherches sur les trois dernières semaines avant nos dates de "permission" (oui oui, on a le goût du risque) et selon nos critères spécifiques (entre les tropiques pour les températures, pas plus de dix heures de vol, en tout inclus et un budget pas trop extensible) deux destinations se sont proposées à nous : la République Dominicaine et Cuba. N'ayant pas toujours entendu d'échos positifs sur la "rep dom", nous avons tourné nos choix sur Cuba que les différents agents de voyage nous ont chaudement conseillé (tu l'as le jeu de mots tout pourri ?). En effet, les relations entre ce pays et l'occident (notamment les États-Unis) s'assouplissent un peu, et d'ici quelques années, l'influence de notre système "impérialiste" (comme les cubains l'appellent) risque de diluer un peu leur identité. C'est peut-être précisément le moment où jamais d'y aller.




Alors zou (expression qui n'est plus utilisé depuis 1983, sauf chez moi), on a cassé la tirelire et on a paqueté nos valises direction Varadero. J'avais oublié ce que c'était de voyager "léger". On est parti une semaine avec seulement un bagage cabine chacun (ce qui fait gagner un temps fou à l'aéroport, soit dit en passant). Bah oui, crème solaire, maillot de bain, une tenue pour sortir au restaurant et le tour était joué. Ajoute à ça un bon bouquin et la saveur de se retrouver comme un couple sans enfants vient s'ajouter à celle des cocktails et du sable chaud. J'ai même entamé la lecture d'un second livre, que j'avais prévu de terminer de retour à la maison... Autant te dire que je ne l'ai toujours pas fini.

Certains diront que Varadero, c'est Cuba sans être vraiment Cuba. Et peut-être que c'est vrai, que ce n'est pas l'endroit ou il y a le plus de lieux historiques, ou l'on ne côtoie pas la population la plus typique, ou l'on ne découvre pas tous les trésors architecturaux et historiques des grandes villes comme la Havane. Mais je peux te dire qu'au delà des plages magnifiques et du soleil généreux même en plein hiver, nous avons découvert l'intelligence et l'ouverture d'esprit des cubains. Ce genre de comportement qui les pousse à conserver des voitures des années 40 dans un état qui ferait baver les collectionneurs du monde entier, le tout rythmé par une salsa qui n'a pas pris une ride.


Mais je dois t'avouer un truc. Autant on était content de partir en vacances juste tout les deux, autant, dès qu'on n'avait pas d'accès Internet pour s'assurer que tout se passait bien avec les enfants, le stress refaisait surface. Bah oui, c'est que, mine de rien, on les aime et on se fait vite du souci pour eux quand on ne les a pas avec nous. On s'était assuré que l'hôtel proposait bien un accès Internet pour pouvoir avoir des nouvelles des enfants et se connecter en FaceTime dès que l'occasion se présentait. Avant de partir, on se disait qu'on pourrait leur parler même juste quelques minutes tous les jours. On a vite déchanté quand on s'est rendu compte qu'Internet, dans l'hôtel où on était, ça marchait une fois sur dix, et qu'on a même plus du tout eu de connexion les deux derniers jours. Pas de Face Time, mais pas non plus le moindre SMS juste pour dire "tout va bien", et là, c'était l'angoisse. On peut pas dire qu'on l'ait bien vécu, Melissa plus encore. Je pense que si ça avait été comme ça toute la semaine ça lui aurait probablement gâché ses vacances, d'ailleurs.

Même si on profitait de ce cadre et du fait qu'on n'avait personne à occuper ni à surveiller, nos enfants, c'est comme s'ils avaient été là, finalement. Il ne se passait pas un repas sans qu'on se fasse une réflexion sur les enfants des autres vacanciers, celui-ci devait bien faire la même taille que notre Petit, cet autre là avec son teeshirt Cars nous rappelait à quel point notre grand est un fan de Flash Mc Queen. Pendant les trajets, on a parlé d'eux tout le temps, réfléchissant aux conditions de voyage pour essayer de savoir comment ça se serait passé si on avait emmené les enfants.




Le fait est qu'on est des parents, même sans avoir les enfants avec nous. Et au bout de quatre jours loin de leurs frimousses, le manque a commencé à se faire sentir. En douceur au départ ; juste l'envie d'avoir quelques câlins au réveil, d'entendre leurs petites voix. Ça s'est accentué par les photos que Greg et Marjo nous envoyaient de leurs réalisations en notre absence. Nous n'avons jamais manqué une étape de leur apprentissage, nous étions tous les deux présents lors des premiers pas de bébé, lors de leurs premiers mots, du premier bonhomme de Petit Prince (qu'on a encadré, bien entendu). Et puis, la veille de notre départ, on a vraiment eu le sentiment d'avoir suffisamment profité de nos vacances et on a ressenti la furieuse envie de rentrer pour retrouver notre tribu. Ça tombait bien.

Comment on a fait pour profiter de ces vacances loin de nos amours de petits gnomes ? Une bonne préparation était la clef. S'assurer que l'hotel avait de l'accès à l'Internet (même si ça a partiellement foiré et qu'on l'a pas bien vécu, du coup - mais l'hôtel nous a laissés sur les fesses tellement il était naze comparé à ce à quoi on s'attendait), laisser une liste d'instructions "au cas où" et surtout, en discuter avec des amis expérimentés au préalable en qui on a une totale confiance. Bah oui, la réponse à la question de savoir si oui ou non, on peut partir une semaine en vacances sans enfants ne se trouve pas en annexe de notre passeport. Ni dans le kit de parents qui nous est remis à la naissance de notre premier (heu d'ailleurs, je l'ai pas eu celui-là). C'est l'expérience des autres qui nous a permis de prendre une décision. Certains de nos amis partent en vacances une semaine, en amoureux, tous les ans depuis que leurs enfants ont eu deux ans, d'autres ont attendu les sept ans du dernier, bref, il n'y a pas de règle. Ce qui comptait le plus chez eux étaient les personnes qui allaient s'occuper des petits en leur absence. Et nous avions toute confiance en Greg et Marjo. Nous avons bien eu raison, puisque tout s'est passé merveilleusement bien de leur coté (ils nous ont même dit qu'ils s'étaient bien reposés cette semaine-là, allez comprendre comment c'est possible, nous on a toujours pas compris comment ils ont pu... à moins que les garnements deviennent des anges quand ils ne sont plus auprès de leurs parents ?).




Alors oui, au moment d'embarquer dans l'avion, une grosse crise de culpabilité nous a prise, mais nous savions que nos bambins étaient entre de bonnes mains, que nous avions fait le maximum pour parer à toute éventualité. Alors nous avons pu nous raisonner et partir l'esprit un peu plus léger, sachant que ce break allait leur rendre des parents au top de leur forme (et ça, pour le coup, ça a vraiment marché !). Nous avons beaucoup apprécié notre séjour, nous avons découvert une culture différente de la nôtre et des paysages tropicaux et relaxants. Et nous avons pu profiter de moments de repos intenses et dépaysants. C'était le but. Est-ce que je recommande cette destination pour tes prochaines vacances ? Assurément, mais ne tarde pas, j'ai bien peur que les valeurs de ce pays ne se dissolvent à l'avenir. Est-ce que tu devrais laisser tes enfants pour prendre un break en amoureux ? Absolument, à la condition de bien préparer le séjour des enfants à l'avance, pour être certains que tout se passe bien. Et si la peur t'envahit, alors commence par partir une nuit, puis un weekend, dès que possible. Petit à petit, votre petite famille apprendra que les courtes ou plus longues séparations ne sont pas forcément un problème mais peuvent au contraire très bien se passer et faire du bien aux parents comme aux enfants !



Pour retrouver les photos de nos vacances sur Instagram, c'est par ici. Et pour le vlog des vacances, RDV sur le blog de Melissa dès vendredi !


Et toi ? Déjà laissé tes enfants pour partir en amoureux ?
Cuba, tu connais ?


Golden Daddy

12 commentaires:

  1. Coucou Denis,

    J'espère que tout le monde va bien par chez vous.
    Ton article était super intéressant et je dois dire que je n'ai encore jamais réussi à laisser mon bonhomme plus de 3 jours avec mon mari. On y pense souvent, c'est vrai qu'un petit break à deux serait plutôt chouette, mais comme vous, il faut trouver les bonnes personnes en qui nous avons confiance et puis je crois que mon mari est encore moins prêt que moi à laisser le bonhomme ^^

    Malgré le manque de vos gnomes, j'espère que vous avez pu vous reposer et savourer ce petit temps rien qu'à deux malgré les aléas pas tops de l'hôtel.

    Avez-vous envie de vous refaire des p'tites vacances à deux et puis quelles destinations vous fait rêver ?

    Bonne journée à vous la Golden Family

    La bisette,
    (oui moi aussi j'utilise des expressions que l'on ne dit plus depuis 1983 !)
    Sophie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Sophie !

      Merci pour ton message. Courage, tu trouveras les bon(ne)s nounous pour pouvoir partir... un jour peut-être. Au pire, d'ici quelques années, quand monsieur bébé aura suffisament grandi pour vous virer de la maison ;-)

      Allez, la bisette a toi aussi et à bientôt
      Denis

      Supprimer
  2. Super article! ça fait plaisir de vous voir détendu et tout souriants en amoureux (vous êtes toujours souriants soi-dit en passant). Je n'ose imaginer l'organisation que c'est de partir avec ses enfants, mais aussi l'organisation que c'est de les laisser quand on part.
    Ici bébé est encore bien au chaud pour environ 5 mois, mais à 2 mois nous avons déjà prévu une escapade en amoureux pour aller voir un concert et nuit à l'hôtel. Je me conditionne déjà à laisser mon bébé de 2 mois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Sandrine, merci pour ton petit mot.
      Oh que oui, c'est toute une organisation de partir avec 2 petits. Déjà avec un, c'était caustique, mais lorsqu'on est parti à 4 pour la première fois (en crête), c'était quelque chose. Il fallait bien 2 bagages en soute ^^

      C'est une très bonne idée de partir en amoureux très tôt après la naissance. Ca évite de s'enfermer dans une spirale ou plus le temps passera, moins tu pourras laisser le petit tout seul. Après, il y a les problématiques liés aux âges et aux repas, mais franchement, profitez de votre vie ensemble, en couple, c'est essentiel.

      La bise et à bientôt
      Denis

      Supprimer
  3. Hihi ! Et bien nous on a bien aimé cette semaine en tant que parents intérimaires! On a pu bien profité de ces petits même si j'avoue c'était le 1er jour un peu le stress : va t'on y arriver? Comment gerer deux petites têtes qui ont la bougeotte? Et surtout petit prince sera t'il encore malade? Et la nuit? Et puis une fois la 1ere journée passée tout s'est passé comme sur le papier haha. On a bien rigolé, on a bien joué, c'etait une belle expérience . Même si parfois il fallait les séparer et surveiller leur créativité novatrice en matière de betises, ce sont des petits gars sympas. ( c'est fou mais ou ils vont chercher tout ça 😅). Et oui on a même pu se reposer car on a pris le temps de faire les choses tranquillement sans stress, contrairement à notre vie bien remplie où chaque instant de la journée est chronométré. Nous n'avons pas l'expérience de parents, tout n'est jamais parfait, mais on a bien apprécié ce rôle! Ils nous manquent bien quand même ! Bisous la goldenfamily 😍😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Marjo !
      Merci pour ton message, mais surtout merci à tous les deux de nous avoir permis de partir. Je pense qu'on ne vous le dira jamais assez, mais vous avez été magique sur ce coup là !
      J'avoue qu'on a été à la fois surpris et soulagé d'apprendre que cette semaine vous avait reposé, on a pas trop le sentiment d'avoir abusé de votre gentillesse.
      Et puis vous savez que notre porte vous est ouverte, tout le temps ;-)

      Grosse bise à tout le monde et à bientôt
      Denis

      Supprimer
  4. Coucou Denis,
    Ton article tombe vraiment à pique. Je suis en pleine réflexion pour partir une semaine avec mon conjoint sans bébé. Elle aura 20 mois, je ne sais pas si elle comprendra vraiment la séparation et si elle le vivra bien. J'ai confiance en mes beaux parents mais je ne sais pas si on devrait pas partir plutôt 4/5 jours, ça serait plus raisonnable... Pour le moment nous sommes partis qu'un week end, on s'en prévoit un autre en mars mais pas plus. Alors autant dire qu'une semaine d'un coup, c'est beaucoup. Après ça serait un beau break et un beau voyage de partir une semaine...
    En tout cas c'est clair que vous avez de supers amis et vous avez bien fait de partir, c'était mérité depuis tout ce temps :) ! Super destination !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Romy !
      J'ai vu ton tweet tout à l'heure. En effet, New York peut être une destination sympa. C'est le genre de séjour ou tu n'as pas le temps de trop réfléchir si tout se passe bien pour ta petite ^^
      Il n'y a pas de recettes miracle ni de combo gagnant malheureusement. Sinon, tu penses bien qu'on serait parti plus tôt. Alors savoir si 4/5 ou 7 jours feront une différence... Courage pour vous décider.

      Tiens nous au courant ;-)

      A bientôt
      Denis

      Supprimer
  5. Salut Denis !

    Super l'article ! Encore une fois j'aime beaucoup comment tu as amené le sujet =).

    Ahah je m'en doutais que c'est impossible de réellement "couper" du quotidien en partant sans les enfants. Je crois que j'aurai été pareil que vous à penser à mon fils en voyant d'autres enfants !

    C'est abusé pour l'histoire avec l'hôtel... Ça a été dur pour vous, mais pour vos petits gars, pas trop triste de ne pas pouvoir vous parler finalement ?

    Ça me tenterait bien Cuba ! Mais malheureusement le temps qu'on puisse y aller, j'ai bien peur que ça aura changé comme tu le dis :/.
    Pour l'instant de toute manière je ne me vois pas laisser mon petit bébé ! On commencera d'abord par un week-end je pense histoire de faire les choses en douceur... Mais pour l'instant il a trop besoin de sa maman ! (et de son papa aussi ^-^).

    En tout cas c'est génial que vous ayez pu vous ressourcer à fond et que vos amis aient passé une bonne semaine également.... Comme ça vous pourrez recommencer l'année prochaine ! ;)

    Bises

    Bénédicte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bénédicte, content que cet article t'ait plu.

      Pour répondre à ta question, on a pas vraiment l'impression qu'on leur ait manqué pendant cette semaine. Mais nos amis les ont bien promené et sorti pendant notre absence. Du coup, pas le temps de s'ennuyer et de réclamer les parents. Enfin, c'est comme ça que j'aime l'interprêter...

      Nos prochaines vacances seront en famille cette fois. Je pense qu'on en restera aux weekends en amoureux pour le moment. A suivre...

      A bientôt
      Denis

      Supprimer
    2. Coucou Bénédicte, content que mon article t'ait plu.

      Pour répondre à ta question, je n'ai pas le sentiment qu'on leur ait manqué pendant la semaine. En même temps ils ont été bien occupé et bien entouré, alors je pense qu'ils n'ont pas eu le temps de s'ennuyer de nous. Enfin, j'aime a le penser ;-)

      Pour l'année prochaine, je pense qu'on fera des vacances en famille. On se contentera de weekends en amoureux. A suivre

      La bise et à bientôt
      Denis

      Supprimer
  6. Des vacances bien mérité pour les parents ayant une vie et qui plus est une année bien chargé ! Vous semblez avoir pris du bon temps et ça c'est top !

    Bises

    Witchimimi

    RépondreSupprimer

L'espace des commentaires est là pour te permettre d'exprimer ton opinion sur le sujet en cours, de proposer des alternatives à mes écrits (je n'ai pas la science infuse) ou juste de faire part de ton humeur. Par contre, si tu viens ici juste pour déverser de la colère, tartiner ta "pseudo-culture" ou si tu n'es pas d'humeur à débattre intelligemment, passe ton chemin ! On est là entre potes.